REVOLUTION FRANÇAISE - FEMINISME - Citoyennes de la ville d'Angers

Assemblée et arrêté des mères, soeurs, épouses et amantes des jeunes citoyens, de la ville d’Angers.

S.l.n.d. [Février 1789]

In-8, broché sous cordelette de soie verte, 8 p., entièrement non rogné, tel que paru.

Edition originale et unique. Les jeunes citoyennes de la ville d’Angers se déclarent solidaires des émeutiers impliqués lors de la « Journée des Bricoles », les 26 et 27 janvier 1789 à Rennes qui virent de violents affrontements entre étudiants et nobles en marge de la convocation des Etats de Bretagne. Elles se déclarent prête à seconder pères, frères, époux et amants pour prêter main forte à leurs homologues bretons. Le ton général est radical: « le premier coup est toujours le meilleur (…), celui qui a tué doit périr, l’oppresseur doit être opprimé, il faut casser la gueule aux nobles avant de regarder d’où vient le vent… » [sic]. « Arrêté à Angers dans la grande salle de l’hôtel Libertas, le 6 février 1789 », le document est signé de vingt initiales et annonce trois cents autres signatures. Des éléments laisseraient supposer qu’il s’agit d’un texte satirique destiné à ridiculiser l’enthousiasme que certaines femmes ont pu manifester envers la cause patriote. Sur cette brochure, cf. Solenn Mabo. ‘Les citoyennes, les contre-révolutionnaires (…), engagements et rapports de genre dans la Révolution en Bretagne’, Thèse, Univ. de Rennes, 2019, p. 123-124). (Conlon, ‘Siècle des Lumières’, 89:4490). Rare. WorldCat ne recense que deux exemplaires dans le monde: BnF et Paris-Mazarine. Parfait exemplaire, imprimé sur papier bleuté, non rogné, tel que paru.

Disponible à la précommande. Les frais de livraison seront calculés dans les jours prochains et un nouveau devis vous sera proposé par nos soins avant passage de la commande et paiement.

650

Ref 38046

1 disponible à la précommande