DUPIN (Claude)

Observations sur un livre intitulé: “De l’esprit des loix”; divisées en trois parties. (EXEMPLAIRE PROVENANT DE LA FAMILLE DE MONTESQUIEU).

S.l.n.d. [Paris, Guérin et Delatour, entre 1751 et 1758].

3 volumes in-8 (179 x 113 mm), plein veau raciné de l'époque, dos lisses ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, (2), xxix, 447 p. ; (2), 531 p. et (2), 521, (1) p.

Très rare seconde édition tirée à 500 exemplaires, dont la quasi-totalité a été brûlée par l’auteur, hormis trente exemplaires offerts à ses amis et neuf autres découverts en 1837. Elle a été imprimée sur beau papier de Hollande et publiée à Paris chez Guérin et Delatour, à partir de 1751. “La réfutation de l’Esprit des lois se fait en deux étapes : la première de 1749 avec la publication des deux volumes ‘Réflexions’, tirés à quelques exemplaires seulement et que Dupin fait disparaître très rapidement, se reprochant son agressivité à l’égard de Montesquieu. Seuls deux exemplaires ont échappé à cette destruction. Avec plus de sang-froid, il prépare une deuxième version de sa critique, plus étoffée et plus mesurée [pour tenir compte des réclamations de Montesquieu et de sa protectrice, la marquise de Pompadour], qui paraît à la fin de 1751 ou au début de 1752 (…). Bien que l’ouvrage ait été présenté comme l’œuvre collective, c’est bien à Dupin qu’il faut restituer l’essentiel (…). La force de sa réfutation tient davantage à la critique systématique des thèses de Montesquieu relatives à la finance, aux impôts et aux traitants (…). La proportion de ces chapitres est telle que la réfutation peut apparaître comme un manifeste de la Ferme générale. Sur ce terrain, Dupin se montre un adversaire à la mesure de Montesquieu et prend vigoureusement part au débat qui se poursuit dans la deuxième moitié du siècle entre partisans du système de la Régie et ceux de la Ferme” (Julie Ladant, ‘Le fermier général Claude Dupin’, Thèse, Ecole des Chartes, 2000). Né à Châteauroux, Claude Dupin (1686-1769), arrière-grand-père de George Sand, financier et économiste, devint fermier général en 1726. Son oeuvre s’inscrit dans le contexte de la genèse de la pensée libérale en France dont les fondements théoriques sont fournis au milieu du XVIIIe s. par les Physiocrates, ce qui vaut à Cl. Dupin d’être considéré comme l’un des précurseurs de ce mouvement. (Goldsmiths’-Kress, n°08573.1). Intéressante provenance: La famille Secondat, barons de la Brède et de Montesquieu avec ex-libris (XIXe) gravé armorié sur les trois volumes, à la devise de la famille: “Virtutem Fortuna Secondat” et la mention: “Ex Bibliotheca Bredanense”. Une note manuscrite ancienne de 14 lignes sur la première page de titre précise: “Cet ouvrage très rare m’a été donné en 1802 à Chenonceaux [la demeure historique des Dupin] par le petit fils de l’auteur…”. Galerie de ver aux pages 381 à 426 de la première partie et aux pages 53 à 108 de la troisième partie, avec perte de quelques caractères. Mors et coins émoussés, dorure des dos passée. Très bon exemplaire, très frais, imprimé sur papier de Hollande, grand de marges, bien conservé dans sa première reliure de veau raciné.

Disponible à la précommande. Les frais de livraison seront calculés dans les jours prochains et un nouveau devis vous sera proposé par nos soins avant passage de la commande et paiement.

5.500

Ref 38448

1 available for pre-ordering