DIDEROT (Denis)

Lettre sur les sourds et muets, A l’Usage de ceux qui entendent & qui parlent. Avec des additions (…).

S.l.n.e. [i.e. Jean-Baptiste Bauche fils], 1751.

In-12 (154 x 87 mm), plein veau havane de l'époque, dos à 5 nerfs fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, plats encadrés de triples filets dorés, tranches dorées, x, 400 p., (12) p. d'errata et de table, 5 figures sur 4 planches gravées hors texte dont une dépliante, exemplaire imprimé sur papier fort.

Rare exemplaire de l’édition originale dans un tirage qui fournit le “stade ultime du texte” (Adams). Il possède une page de titre recomposée pour l’occasion, est augmenté sans interruption à partir des pages 242 à 400 des ajouts donnés par Diderot à son éditeur et est suivis d’une page d’errata et de 11 pages de table non chiffrées. Les feuillets A2, D4 et L5 sont cartonnés. 2 des 5 planches sont regroupées sur la même feuille (vers de “Lucrèce / Virgile” ensemble avec “Trois mesures de musique”). Le livre a été publié sans nom d’éditeur par Jean-Baptiste Bauche fils, avec la permission tacite de Lamoignon de Malesherbes, nouveau et libéral directeur de la librairie, bien que Diderot soit emprisonné à Vincennes sous lettre de cachet. Diderot composa cet essai pour de réfuter les théories de l’abbé Batteux. Il y expose ses conceptions novatrices sur l’origine du langage et annonce plusieurs de ses théories esthétiques notamment “le modèle idéal”, “le sublime” ou “le spectateur de sang-froid”, théories qu’il reprendra par la suite dans ses Salons et dans le Paradoxe sur le comédien. (Sur ce tirage peu commun voir Adams, LH4 note (6) et Tchemerzine-Scheler, II, 929-931). Très bel exemplaire, très frais, grand de marges (154 x 87 mm), imprimé sur papier fort, très bien relié à l’époque.

Disponible à la précommande. Les frais de livraison seront calculés dans les jours prochains et un nouveau devis vous sera proposé par nos soins avant passage de la commande et paiement.

2.000

Ref 37910

1 available for pre-ordering