ROUSSEAU (Jean-Jacques), NOLIVOS DE SAINT-CYR (Paul-Antoine-Nicolas)

1- ROUSSEAU (Jean-Jacques)]. A Mr. D’Alembert (…) sur son Article Genève dans le VIIme volume de l’Encyclopédie, et particulièrement sur le projet d’établir un théâtre de comédie en cette ville. Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1758. xviii, 264 p., (8) p. d’avis de l’imprimeur, errata, avis pour le relieur, catalogue, titre noir et rouge. 2- [NOLIVOS DE SAINT-CYR (Paul-Antoine-Nicolas)]. P.-A. Laval, comédien, à M. J.-J. Rousseau, citoyen de Genève. Sur les raisons qu’il expose pour réfuter M. d’Alembert, qui dans le VIIe volume de l’Encyclopédie, Article Genève, prouve que l’établissement d’une Comédie dans cette Ville y ferait réunir la sagesse de Lacédémone à la politesse d’Athènes. La. Haye, 1758. (1) f., viii, 189, (1) p. d’errata.

2 ouvrages reliés en un volume in-8, plein veau de l'époque, dos à 5 nerfs fleuronné et cloisonné, tranches rouges.

1- Edition originale. La réponse de Rousseau à l’article “Genève” qui venait de paraître dans l’Encyclopédie, dans lequel D’Alembert suggérait des réformes pour la ville de Genève: projet pour une “cité philosophe” de liberté politique et culturelle, notamment par la levée de l’interdiction d’un théâtre permanent. Rousseau résume dans sa critique tout ce qu’il dénonçait déjà comme une illusion: “le théâtre comme école de l’hypocrisie, le bel esprit, la civilité telle qu’on la conçoit à Paris sont inconciliables avec les mœurs de véritables citoyens. Ses thèses sur les spectacles ne sont qu’un aspect de sa réflexion sur la modernité: à quelles conditions la république est-elle possible ? Comment lier adéquatement morale, esthétique et politique” (B. Bachefen, ENS éditions). (Gagnebin, V, 1812. Tchemerzine-Scheler, V, 535). 2- Edition originale et unique de cet ouvrage composé par Paul-Antoine Nolivos de Saint-Cyr, qui rencontra Rousseau à Venise. Membre de la “coterie holbachique”, l’auteur était un proche de madame d’Holbach. Devenu “Laval”, comédien aux portes de Genève, il mène ici une polémique ardente pour “venger” d’Alembert et Voltaire de la ‘Lettre sur les spectacles’ de Rousseau. “Apologie de la comédie et des comédiens en réponse à Rousseau. C’est sans contredit le meilleur de tous les ouvrages qui parurent en réplique à cette lettre” (Quérard, ‘Supercheries littéraires’, 1847, II, n°3889). (Conlon, ‘Ouvrages relatifs à J.-J. Rousseau’, n°87. Soleinne, ‘Bibliothèque dramatique’, V, I, n°674). Quelques épidermures. Coiffes restaurées. Mors frottés et fendillés. Intérieur frais.

Disponible à la précommande. Les frais de livraison seront calculés dans les jours prochains et un nouveau devis vous sera proposé par nos soins avant passage de la commande et paiement.

650

Ref 36632

1 available for pre-ordering