HEMSTERHUIS (Frans)

1- Aristée ou De la Divinité. Paris [i.e. Haarlem], 1779. (1) f. blanc, x, 208 pp., vignettes dans le texte. [Suivi de] 2- Sophyle ou de la Philosophie. Paris [i.e. La Haye], 1778. 99 p. titre compris.

2 ouvrages reliés en un volume in-12 (167 x 102 mm), maroquin rouge de l'époque, dos à 5 nerfs guillochés or, orné de compartiments richement fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin vert, large dentelle d'encadrement sur les plats, roulette sur les coupes et les chasses, tranches dorées.

1- Edition originale tirée à petit nombre d’exemplaires pour les amis de l’auteur, illustrée de 4 vignettes finement gravées, dessinées par l’auteur. Elle est bien complète bien complet du premier feuillet blanc que Stoddard ne recense qu’à deux exemplaires. Le brillant exposé des conceptions du “système de l’âme” du “Socrate hollandais” composé sous forme de dialogues intéressants, vivants et animés d’un large souffle poétique. “H. nous invite à distinguer l’imagination comme réservoir des idées, l’intellect qui les compare, la velléité, faculté de vouloir qui s’identifie à l’âme, et le principe moral” (Dict. PUF des philosophes, p. 1310). L’ouvrage aurait été imprimé à Haarlem selon Weller (II, 207). (R.E. Stoddard, ‘The Book collector’, vol. 50 / 2, p.194 n°9). 2- Edition originale tirée à petit nombre d’exemplaires pour les amis de l’auteur. “Pour Hemsterhuis comme pour Platon, la philosophie, accessible à tous, simple, proche du bon sens, se trouve en chacun et le dialogue est une des voies d’y parvenir. Euthyphron, qui semble ici jouer le rôle dévolu à Socrate dans les dialogues de Platon, conseille à Sophyle de jeter les livres et d’étudier les hommes, en commençant par s’étudier lui-même. Socrate incarne à nouveau le modèle du philosophe simple, sans préjugés qui ne s’embarrasse pas des querelles d’école mais qui une nouvelle fois oriente la philosophie vers l’humain”. (R.E. Stoddard, idem, n°8). Bien que diffusée confidentiellement, l’oeuvre de Frans Hemsterhuis (1721-1790) exerça une influence majeure sur ses contemporains. Sa pensée enthousiasma les protagonistes du “Sturm und Drang” avant de captiver les premiers Romantiques. Peu connu à Paris, il eut de nombreux lecteurs dans l’Europe des Lumières. Diderot fit sa connaissance lors de son voyage en Russie et le commenta, mais aussi Jacobi, Herder, Goethe puis Hölderlin, Novalis et Schlegel. Provenance: Sylvain Van de Weyer (1802-1874) avocat, diplomate et important homme d’État belge, avec son ex-libris armorié gravé. Très bel exemplaire, très frais, grand de marges, imprimé sur beau papier, dans une fine reliure de maroquin rouge de l’époque.

Disponible à la précommande. Les frais de livraison seront calculés dans les jours prochains et un nouveau devis vous sera proposé par nos soins avant passage de la commande et paiement.

2.800

Ref 38182

1 available for pre-ordering